L’Occident n’a pas de leçons à recevoir !

Introduction

La célèbre revue trimestrielle City Journal, publiée par The Manhattan Institute, nous accorde le droit de traduire une sélection d’articles. Le premier est « Why the West is Best » (« Pourquoi l’Occident est le meilleur ») écrit par Ibn Warraq. Ibn Warraq est le pseudonyme d’un auteur connu pour sa critique de l’Islam. Né dans un pays Islamique, il habite aux USA. Il est le fondateur de L’Institute for the Secularisation of Islamic Society et est un directeur de recherche au Center for Inquiry, avec une focalisation sur la critique coranique.

Why the West Is Best ?

Ma réponse à Tariq Ramadan :

En octobre dernier, j’ai participé à un débat à Londres, tenu par Intelligence Squared, afin de considérer le sujet Nous ne devrions pas avoir honte de mettre en avant la supériorité des valeurs occidentales.

L’intellectuel Musulman Tariq Ramadan, entres autres, a parlé contre cette motion. J’ai parlé en faveur, en me focalisant sur les disparités importantes en libertés, droits de l’homme et tolérance entre les sociétés occidentales et islamiques.

On trouvera ici le résumé de mon raisonnement.

Les grandes idées de l’Ouest – le rationalisme, l’autocritique, la recherche objective de la vérité, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la règle de la loi et de l’égalité devant la loi, la liberté d’expression et d’opinion, les droits de l’homme, et la démocratie libre – sont supérieures à toute autre pensée de l’homme. C’est l’Occident qui a fait les premiers pas pour abolir l’esclavage ; les appels à l’abolition de l’esclavage n’ont même pas résonnés en Afrique où les tribus rivales vendaient les prisonniers noirs. L’Ouest a offert des libertés aux femmes, aux autres races et d’autres minorités à un niveau inimaginable il y a 60 ans. L’Ouest reconnait et défend les droits de l’individu : nous sommes libres de penser ce que nous voulons, de lire ce que nous voulons, de pratiquer notre religion, de vivre la vie de notre choix.

En bref, la gloire de l’Ouest, comme l’a dit le philosophe Roger Scruton, est que la vie ici est un livre ouvert. Sous l’Islam, le livre est fermé. Dans beaucoup de pays non-occidentaux, surtout les pays Islamistes, les citoyens ne sont pas libres de lire ce qu’ils souhaitent. Dans l’Arabie Saoudite, les musulmans ne sont pas libres de se convertir à la chrétienté, et les chrétiens ne sont pas libres de pratiquer leur foi – des violations évidentes de l’Article 18 de la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme des Nations Unies.

À l’opposé des certitudes et règles abrutissantes et obligatoires de l’islam, la civilisation de l’Occident offre ce que Bertrand Russel a appelé un « doute libératoire », qui encourage le principe méthodique de scepticisme scientifique. La politique de l’Occident, comme la science, procède par tentatives, de manière empirique, dans un environnement de discussion ouverte, de critique, et d’autocorrection.

Nous pourrions caractériser la différence entre l’Ouest et les Autres comme une différence dans les principes épistémologiques. Le désir pour le Savoir, peu importe où cela mène, héritage des Grecs, a produit une institution sans précédent – ou très rarement égalée – en dehors l’Ouest : l’université. Avec les bibliothèques et les instituts de recherches, les universités sont, au moins d’un point de vue idéaliste, des académies indépendantes qui sont consacrées à ces normes épistémologiques, où nous pouvons poursuivre la VERITE dans un esprit d’enquête désintéressé, libres des pressions politiques. En d’autres termes, le succès des sociétés modernes de l’Ouest, avec leurs sciences, technologie et institutions ouvertes, émane d’une façon distincte d’observer le monde, de l’interpréter, et d’identifier et de résoudre ses problèmes.

L’édifice de la science moderne et de la méthode scientifique est un des plus grands cadeaux donnés par l’homme occidental au monde. L’Ouest ne nous a d’ailleurs pas uniquement offert la quasi totalité des découvertes scientifiques des dernières 500 années – de l’électricité aux ordinateurs – mais aussi, grâce à ses impulsions humanitaires, la Croix Rouge, Médecins Sans Frontières, Human Rights Watch et Amnesty International. L’Ouest fournit la plus grande partie de l’aide à un Darfour assiégé, quand les pays islamistes brillent par leur manque d’assistance.

L’Ouest n’a nul besoin des homélies moralisatrices de sociétés incapables de fournir de l’eau potable.

D’ailleurs, d’autres parties du monde reconnaissent la supériorité occidentale. Quand d’autres sociétés telles que la Corée du Sud et le Japon adoptent des principes occidentaux, leurs citoyens prospèrent.

C’est vers l’Ouest, pas vers l’Arabie Saoudite ou l’Iran, que des millions de réfugiés des régimes théocratiques ou d’autres états totalitaires s’enfuient, cherchant la tolérance et la liberté politique. Et aucun politicien de l’Occident ne pourrait se permettre les remarques antisémites que l’ancien premier ministre de Malaisie, Mahathir Mohamad, a prononcées en 2003. Nos excuses pour la diatribe de Mahathir n’indiquent pas seulement une politique de deux poids deux mesures, mais l’aveu que nous appliquons des standards éthiques plus sévères aux leaders de l’Occident.

Une culture qui a donné au monde le roman, la musique de Mozart, Beethoven et Schubert, les peintures de Michel-Ange, Vinci et Rembrandt n’a pas besoin de recevoir des leçons des sociétés qui conçoivent que le ciel, peuplé de vierges, ressemble à une maison close cosmique. L’Ouest n’a pas non plus besoin de recevoir des leçons des sociétés où les femmes sont gardées en sujétion sous sharia, subissent des mutilations génitales, sont lapidées en cas d’accusations d’adultère et sont mariées contre leur volonté à l’age de neuf ans. Des sociétés qui nient les droits des soi-disant castes inférieures. Des sociétés qui exécutent les homosexuels et les apostats. L’Ouest n’a nul besoin des homélies moralisatrices des sociétés qui ne sont pas capables de fournir de l’eau potable ou des systèmes d’égouts, qui n’ont aucune provision pour le traitement des handicapés, et qui laissent 40 à 50 pourcents des citoyens dans l’analphabétisme.

Pour citer la formule célèbre de l’ayatollah Khomeiny, il n’y a pas de blagues dans l’Islam. L’Ouest est capable d’observer ses propres travers et d’en rire. Mais il n’y a pas d’équivalent à « La vie de Brian » des Monty Python en Islam.

Peux-t-on espérer, un jour, « La vie de Momo » ? Probablement pas – un autre petite signe que les valeurs occidentales restent les meilleures, et peut-être la seule façon pour l’Homme, peu importe sa race ou son credo, d’atteindre son vrai potentiel et de vivre en liberté.

Depuis 1998, Ibn Warraq a édité plusieurs livres de critique du coran et sur les origines de l’islam, y compris Leaving Islam : Apostates Speak Out, Defending the West : A Critique of Edward Said’s Orientalism and Which Koran ?

Image: posterize / FreeDigitalPhotos.net

35 Commentaires

  1. Georges Kaplan

    Ca me rappelle les Doors :

    « This is the end
    Beautiful friend
    This is the end
    My only friend, the end
    Of our elaborate plans, the end
    Of everything that stands, the end
    No safety or surprise, the end
    I’ll never look into your eyes…again
    Can you picture what will be
    So limitless and free
    Desperately in need…of some…stranger’s hand
    In a…desperate land
    Lost in a Roman…wilderness of pain
    And all the children are insane
    All the children are insane
    Waiting for the summer rain, yeah
    There’s danger on the edge of town
    Ride the King’s highway, baby
    Weird scenes inside the gold mine
    Ride the highway west, baby
    Ride the snake, ride the snake
    To the lake, the ancient lake, baby
    The snake is long, seven miles
    Ride the snake…he’s old, and his skin is cold
    The west is the best
    The west is the best
    Get here, and we’ll do the rest
    The blue bus is callin’ us
    The blue bus is callin’ us
    Driver, where you taken’ us
    The killer awoke before dawn, he put his boots on
    He took a face from the ancient gallery
    And he walked on down the hall
    He went into the room where his sister lived, and…then he
    Paid a visit to his brother, and then he
    He walked on down the hall, and
    And he came to a door…and he looked inside
    Father, yes son, I want to kill you
    Mother…I want to…WAAAAAA
    C’mon baby,——— No « take a chance with us »
    C’mon baby, take a chance with us
    C’mon baby, take a chance with us
    And meet me at the back of the blue bus
    Doin’ a blue rock
    On a blue bus
    Doin’ a blue rock
    C’mon, yeah
    Kill, kill, kill, kill, kill, kill
    This is the end
    Beautiful friend
    This is the end
    My only friend, the end
    It hurts to set you free
    But you’ll never follow me
    The end of laughter and soft lies
    The end of nights we tried to die
    This is the end »

  2. L'Ours

    Bon sang que ça fait du bien!
    Merci.

  3. Il est pas un peu à l’Ouest l’ami Ibn Warraq ? Sur Canal Plousse, ils ont dit que l’ouest c’est les camps d’extermination et la bombe atomique, tout pareil qu’Heidegger qui en connaissait un rayon en la matière.

  4. Lisa

    Skarda, ne nous rappelez pas tout de suite ces bobo gauchos de Canal ! on savoure d’abord l’article.

  5. Souris donc

    Je conserve pieusement cet article afin de le brandir à la face du premier bobo qui osera venir me traiter de raciste nauséabonde quand je dis la même chose en moins érudit.

  6. L’Ouest est meilleur partout. Enfin, presque, car il existe des exceptions.
    En Corée, c’est le Sud.
    En Chine c’est le Sud-Est .

    M/ais partout il faut éviter le Far-West.

  7. rackam

    Et l’ouest de l’Ouest alors,…. c’est ce qui se fait de mieux.
    On appelle ça la Bretagne.
    Merci usaever pour ce papier réconfortant.

  8. Et c’est plein d’armorigènes, non ?

  9. rackam

    Qui morigènent, of course.

  10. Expat

    Aie ! C’est vrai l’extreme ouest c’est le meilleur (la bretagne et Seattle ! – deux pays qui se resemblent) mais franchement, Ibn dit vrai non ?

  11. Expat, c’est quand le prochain, c’est vraiment super ! Merci !

  12. Expat

    On y oeuvre…

  13. Souris donc

    Hu hu hu : l’affrontement des 2 fronts sur France 2 restera mémorable. Jamais tant ri.

  14. Souris donc

    Re hu hu hu : la pince à linge sur le nez de Giesbert, Lenglet, Saint-Cricq, Pujadas. Ils sont trop, les journaleux de la chaine publique.

  15. Yul

    George tu as cité juste ma chanson préférée…….

  16. Yul

    d’ailleurs, vous connaissez Victor Davis Hanson, c’est un historien militaire qui a développé une thèse rejoignant beaucoup celle de l’article, notamment dans Carnage et Culture. Et c’est un libéral avoué par-dessus le marché (j’ai pas pu m’en empêcher…..). Il faudrait que je parle de lui dans un article, mais là je suis pris par des urgences. Le ferai peut-être quand j’aurai fini les articles sur les civilisations passées anti-libérales. Que j’ai même pas commencés. Je me mets un sac en papier sur la tête.

    http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85Z%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Daps&field-keywords=victoir+davis+hanson&rh=i%3Aaps%2Ck%3Avictoir+davis+hanson&ajr=0

  17. turbo22

    Merci Expat.
    C’est vrai que cela fait un bien fou!

  18. Expat

    More to come…

  19. Sophie

    Turbo a raison, ça fait un bien fou! Faut pas demander à quel niveau nous sommes descendus pour que la simple évocation du réel nous fasse un bien fou!

  20. Yaakov Rotil

    En effet, Sophie, et c’est très triste.

    Vous ne le savez pas, mais je vous le dis (comme ça vous le saurez). C’est presque chaque jour que je constate la différence d’état d’esprit en ici où je suis et chez vous où j’étais il y a un an, et où je me dis « vraiment, je ne regrette pas d’avoir pris un aller simple ».

    J’ai quitté un monde pessimiste pour un monde d’optimiste. C’est presque palpable.

    J’aimerais tant assister à un sursaut en Europe, allez ! Pour faire plaisir à quelqu’un, un sursaut d’orgueil !

  21. Yaakov Rotil

    Erratum: « entre ici où je suis et chez vous où j’étais… « 

  22. Souris donc

    Notre démonstration prouvant que la poupée Barbie était le dernier rempart de la civilisation s’effondre : Cristina Kirchner, à l’instar des pires ayatollahs, a, elle aussi, interdit l’impudique poupée sur le territoire argentin.

    http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/la-barbie-interdite-en-argentine_250335.html

    De même qu’Ugo Chavez, ce qui nous surprend moins.

  23. Sophie

    Bientôt Souris, vous et moi ne pourrons donc plus voyager nulle part!

  24. « Ibn Warraq est le pseudonyme d’un auteur connu pour sa critique de l’Islam. »
    J’espère qu’il est bien protégé…
    « Peux-t-on espérer, un jour, « La vie de Momo » ? Probablement pas »
    Et encore moins « La vie de Momo le pédo« 

  25. Je viens d’apprendre que le Maire de Colmar a déprogrammé un « concert » d’un groupe de rap « Truand 2 la Galère » prévu en mars. Au moins un qui a du courage pour annuler un simulacre de concert où la France, notre République et notre Civilisation sont traitées avec le plus grand mépris. Je suis allé voir leur annonce vidéo sur Youtube. De quoi vomir !

  26. Patrick

    Bizarre, ce smiley semblait d’abord censuré, il a fini par apparaître quand-même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 41 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :